Matière Active

Pendant ce temps, un prédateur allume des feux. Un par ici, un par là. Une loi qui humilie les chômeurs, une autorisation d’exploiter du sable, une réforme qui dégrade les conditions de travail. À chaque fois, quand elles se rendent compte des conséquences, les communautés résistent au feu. Elles se mobilisent. Un prédateur parle. Il formule une parole mensongère. Polémique. Il lève des boucliers. Une communauté s’offusque de ces mensonges. Des chercheurs se mobilisent. Font (...)

3 juillet 2017

>>>>

RECRUTEMENT

Sous la direction du Conseil d’Administration et en collaboration étroite avec la direction artistique et l’administratrice de production, la personne effectuera les missions suivantes :

Coordination et développement de projets (action d’insertion / projet participatif / temps forts)

Mobilisation et coordination des participants et/ou des bénévoles

Suivi des relations avec les partenaires et l’équipe artistique (organisation de réunions etc.)

Organisation et (...)

23 juin 2017

>>>>

« L’homme est bon et mauvais. Mais il est quelque chose encore : la nuance, la nuance qui est pour moi le but de l’art. » George Sand

24 mai 2017

>>>>

En ce qui concerne les questions d’argent, il n’y a pas de sentiment à avoir. Silence. L’employé de banque me regarde avec sympathie. Silence. Ce qui compte c’est comment le placement va produire des bénéfices. Il faut bien le placer. C’est important. Silence. Regard convaincant, sûr de lui. Pendant ce temps, quelque part, un navire nettoie ses cuves. Petit sourire séducteur pas trop mal joué. Le navire dégaze sans que personne ne puisse rien faire, ni même le (...)

3 avril 2017

>>>>

Sous votre regard

Je ne dis rien Je me reclus Je subis Je fais subir Je ris Je me dégoute Je minimise Je suis seul Je ne suis pas compris Je frappe Je ne me comprends pas Je me révolte Je suis traversé Je traverse J’ai tout mon temps Je me replie Je suis violent Je ne vois rien Je me regarde Je joue

Je suis un jouet Je ne discute pas Je pousse Je cogne Je gifle Je m’affiche Je fais semblant Je me regroupe (...)

22 février 2017

>>>>

J’ai un nuage dans la bouche. Je fais une sieste sur un volcan. Je vole sur du tofu soyeux au-dessus de l’océan. Un immense oiseau-raie affleure la surface. Pas pour me saluer. Pour gagner le territoire des pies-manta. Je crache le nuage et m’assèche aussi sec. Des flocons déshydratés de Morgane dans la flaque aux phoques. Qui se marrent. L’un me dessine qu’il ne connaissait que la Morgane lyophilisée, goût universalisé lissé, vectorisé et délivré grâce aux nouvelles (...)

15 janvier 2017

>>>>

Nous recherchons un/e administrateur/trice de production.

Sous la direction du Conseil d’Administration et en collaboration étroite avec la direction artistique, l’administrateur/trice de production effectue les missions suivantes :

- Gestion administrative et financière de la compagnie * Participation à la stratégie de développement de la compagnie, rédaction des dossiers de subventions et bilans, suivi des budgets de fonctionnement de la structure. * Préparation des réunions d’équipes et de la vie associative (Conseil (...)

27 décembre 2016

>>>>

J'ai pas le temps j'ai piscine

« J’ai pas le temps j’ai piscine. J’ai pas le temps. J’ai pas le temps de m’occuper d’Alep, du climat, de la dictature en Turquie. Pas le temps. Merde de merde. J’ai pas le temps de crier aux riches, ceux qui dominent, de leur hurler aux bouzards « putain mais partagez donc vos milliards bordel de nom d’un chien ». J’ai pas le temps d’aller leur gueuler que l’égalité des chances c’est de la foutaise. Que la loi du marché c’est ça qui est barbare. Et qu’ils crachent. Qu’ils (...)

27 novembre 2016

>>>>

ÉTRANGES ÉTRANGERS

Ce groupe, auquel se sont joints des maquisard-e-s, se réunit les jeudis au Maquis. Il se nomme « Identités dévoilées ».

Étranges étrangers, c’est aussi le nom que nous avons donné à une agora lors du festival OBLIQUES. Cette causerie publique était dédiée à la question de l’accueil des personnes arrivées récemment en France et ayant fui leur pays. Nous étions nombreux ce jour-là, à réfléchir, ensemble, à nos responsabilités et à ce que nous pouvons faire et comment.

Du 23 (...)

21 novembre 2016

>>>>

« Je sais où sont rangées mes affaires chez moi. Les tasses au-dessus de l’évier, les produits ménagers en-dessous, les couverts dans le tiroir du haut, à droite de ma gazinière. Je pourrais tout détailler. Jusqu’au jour où quelqu’un débarque dans ma vie, quelqu’un en qui j’ai suffisamment confiance pour lui confier les clefs de mon nid. Et très vite, les choses sont déplacées, les tasses parmi les verres, le tire-bouchon dans le pot en terre et plus avec l’ouvre-boîte. (...)

15 septembre 2016

>>>>

Plus que quelques jours avant Anthroposcène

Dans le contexte actuel où les classes dominantes font preuve de nervosité, où les peuples européens sont sommés de lâcher ce qui les protège encore un peu, où la justice sociale et l’équité sont les cibles de ceux qui n’ont aucun intérêt à ce que les choses changent, où les déterminismes économiques écrasent les enjeux environnementaux, nous proposons une agora et l’écriture d’un manifeste pour des actions futures. Artistes, scientifiques, voisins, citoyens, nous invitons (...)

6 juin 2016

>>>>

On préfère fermer Calais. On préfère fermer "la jungle". On a déjà fermé des bidonvilles. On a déjà expulsé des migrants. Des étrangers. Par le passé. On en a eu des tas. Des "Faces de citron", des "Bougnouls", des "Espingouins", des "Ritals"… On sait trouver des noms méprisants. On sait trouver le vocabulaire dans ces cas-là. Pour stigmatiser. Ça évite de regarder la réalité en face. La réalité de la guerre. La réalité des conflits. La réalité des peuples déplacés, (...)

8 mars 2016

>>>>

J’assiste à une extinction massive d’espèces et je reste là, bras ballants. Je sais que le diesel est cancérigène, mais je prends ma bagnole tous les jours. Je vois des algues vertes bouffer le littoral, mais je continue à acheter du jambon en barquette. Je me sens englué... prisonnier de mes contradictions. Tout cela me dépasse et m’attriste... je ne peux pas faire attention à tout ! Je trie déjà mes déchets, j’achète bio ou local, j’ai un poêle à bois, j’emmène mes (...)

20 février 2016

>>>>

Face à l’absurde, nous ne pouvons rien individuellement. Partager les connaissances, les pratiques des uns et des autres pour essayer d’atteindre une vision plus complète, plus entière ; c’est à dire qui dépasse les disciplines, transgresse les frontières. Construire une parole collective, une pratique collective, une force collective, sans nier l’individu, ses désirs, sa liberté, peut démultiplier les efforts que nous faisons chacun-e dans notre coin. L’art, l’empirisme, (...)

20 février 2016

>>>>

Morceau choisi

Très positif humainement. Plaisir à cuisiner ensemble. Il aurait fallu une personne de plus. Bilan jour par jour important pour gérer les stocks. Repas le midi tous ensemble fédérateur pour les équipes. Bon contact avec les producteurs. Trop de pain. Ardoise menu bonne idée. Prévoir une équipe ménage. Bon retours sur les recettes, sur la nourriture. Revoir l’espace bénévole et redéfinir le katering (...)

20 février 2016

>>>>

Passage. Passage d’une rive à l’autre. Passage à l’acte. Passage d’une pièce à l’autre. La vie comme un gué. Faisons le guet pour voir. Pour voir dedans. Pour voir dehors. Pour voir ailleurs. Pour voir plus loin. Pour regarder. Sans être simple témoin. Je ne suis pas hors pour autant. Rien n’est séparé. En vrai, rien n’est séparé. Pourquoi toujours édifier des frontières, des limites. Ériger des qui se dressent entre. Entre les gens. Entre les familles. Entre les peuples. (...)

20 février 2016

>>>>

Ça me fait bizarre quand même. D’entendre cette lecture, ce texte que vous avez écrit. Je ne sais pas trop comment dire. Ça fait bizarre quoi. De retrouver des choses qu’on a dites en juillet, ici, autour de la table. A ce moment là, je ne me posais pas la question. on discutait juste et j’étais dans la discussion alors je ne me posais pas de question. Pas le temps. Mais après, je me suis demandé. Qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir en faire ? De tout ça. Et puis, du reste, (...)

20 février 2016

>>>>

22 janvier 2016

>>>>

Quand tu crames du diesel en roulant, pour toi, c’est anecdotique. Quand tu te prends des inondations, de la pluie extrême sur la gueule, t’en as d’autres qui sont là pour te rappeler que c’est anecdotique. En fait, c’est anecdotique quand ça t’arrange. Est-ce que tout ce qui est humain est anecdotique ?

Ça me fait penser au docteur quand tu le rencontres pour une opération. Tu lui demandes si tu vas avoir mal. Il te dit que non. En fait, tu douilles, tu passes une (...)

9 octobre 2015

>>>>

Tu vois, je suis moi aussi à mi-chemin, entre hier et aujourd’hui, à minuit vingt, encore lundi dans la tête, déjà mardi à en croire la pendule, dans le corps encore à ce vendredi sanglant et à l’avenir. A t’écrire. Des morts, chez nous, des morts ailleurs comme toujours, et nous vivantes. Bien en vie. A mi-chemin entre douleur et joie. Seule et avec. On a à faire. Besoin de mettre du sens à ce qu’on fait. Pas à en mettre, non, il y en a, c’est certain. Mais à le dire (...)

21 septembre 2015

>>>>

Ma grand-mère invente. Ma grand-mère oublie. ma grand-mère danger. Ma grand-mère chérie. Deux personnes viennent chaque jour l’aider, des auxiliaires de vie. Avoir et être. Des infirmiers aussi. Pour ses louzou. Qu’elle planque invariablement dans plantes et torchons. Elle n’a pourtant pas besoin de lunettes pour lire son journal. Qu’elle ne lit plus vraiment. Puisqu’elle ne s’en souvient pas. Elle lirait celui de la veille ou du mois dernier, ce serait pareil. Comme une (...)

21 septembre 2015

>>>>