Actualites

HydroSed - Campagne océanographique en mer de Chine du Sud

28 juin 2018

Suivez cette campagne océanographique au jour le jour du 28 juin au 8 juillet 2018. Le Marion Dufresne est prêt à quitté le port de Kaohsiung (Taïwan). Lionel Jaffrès y représente le programme Mesurer la taille du Monde.

Suivez la campagne au jour le jour :
http://hydrosed.cearc.fr

La campagne océanographique HydroSed vise à entreprendre une recherche sur les changements climatiques passés globaux dans le but d’améliorer les projections climatiques et environnementales en devenir. Il s’agira ainsi de renseigner les pouvoirs politiques des stratégies d’adaptation à mettre en œuvre. La communauté scientifique internationale impliquée dans PAGES vise à améliorer notre connaissance sur l’origine, les mécanismes et les conséquences des changements climatiques du passé à différentes échelles de temps à partir d’archives climatiques diverses (glaces, sédiments océaniques et continentaux). Dans un contexte international, la campagne océanographique franco chinoise HydroSed à bord du navire Marion Dufresne permettra de collecter de longues carottes de sédiments marins et des échantillons d’eau de mer dans le nord de la mer de Chine du Sud.

"Passer plusieurs jours ou plusieurs semaines sur un même navire, cela crée des liens et cela permet de mieux se connaître les un-e-s les autres. Ainsi, au moment du déjeuner ou pendant les quarts, nous échangeons, plaisantons, confrontons nos pensées. Il est intéressant de constater que chacun-e ici ne peut séparer son travail de recherche scientifique à une conscience citoyenne, politique. Peut-on continuer à accepter l’idée de croissance économique ? Comment lutter contre les inégalités ? Optimisme ou pessimisme ? L’important c’est l’apprentissage qui existe à travers ces confrontations. L’objectif d’une recherche dans laquelle HydroSed s’inscrit est de pouvoir rendre robuste des hypothèses, des observations et des conclusions. Malgré cela, il existe des dénis ou des mensonges de la part de personnes, parfois au pouvoir, n’ayant aucun intérêt à ce que les comportements changent. En ce qui concerne les dérèglements climatiques, nous connaissons certains positionnements niant la réalité, y compris en allant totalement à l’inverse des publications et des résultats scientifiques que des chercheuses et chercheurs ont pu rendre robustes grâce à des années de travaux.
Ce midi, par exemple, nous apprenons que l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère s’accompagne de manière quasi irréversible de l’augmentation du pH des océans. En effet, de par des échanges gazeux complexes, il y a une corrélation directe la composition de l’air et le taux de H+ dans l’eau. Et donc s’ensuit un bouleversement de la biodiversité dont nous ne pouvons encore mesurer le niveau de conséquences. Alors évidemment, que pouvons-nous penser d’optimiste en apprenant ces conclusions de la part d’un chercheur dédiant une grande partie de sa vie à l’étude de ce phénomène ? Un espoir pourrait résider dans le fait que les scientifiques, malgré cette idée qu’ils/elles se doivent d’être dans l’objectivité en ce qui concerne leurs mesures, ne peuvent se séparer d’une certaine conscience du Monde et d’un nécessaire engagement qui déborde de leurs recherches.
Albert Camus, lors de son discours de Suède, disait que "le rôle de l’écrivain ne se sépare pas de devoirs difficiles. Par définition, il ne peut se mettre aujourd’hui au service de ceux qui font l’histoire : il est au service de ceux qui la subissent. Ou, sinon, le voici seul et privé de son art. Toutes les armées de la tyrannie avec leurs millions d’hommes ne l’enlèveront pas à la solitude, même et surtout s’il consent à prendre leur pas. Mais le silence d’un prisonnier inconnu, abandonné aux humiliations à l’autre bout du monde, suffit à retirer l’écrivain de l’exil, chaque fois, du moins, qu’il parvient, au milieu des privilèges de la liberté, à ne pas oublier ce silence et à le faire retentir par les moyens de l’art."
Serait-ce scandaleux qu’il parle, de même, du scientifique ? La question de l’optimisme relève peut-être de cet appel humain, de cette révolte indispensable face au silence déraisonnable du Monde ? Il est certain que ceux qui mettent l’énergie pour que rien ne change ont intérêt à ce que nous considérions toute lutte comme vaine."
Extrait du blog (hydrosed.cearc.fr)