Un groupe de Brestoises vivant dans le quartier de Kérourien et ailleurs à Brest a sollicité le centre social Couleur Quartier et le théâtre du Grain. Elles ont pu formuler une nécessité de témoigner, de réfléchir et de transmettre sur plusieurs sujets : les inégalités, la laïcité, l’émancipation.

Suite aux attentats de janvier et novembre 2015 à Paris, nous avons reçu plusieurs témoignages d’agressions physiques et verbales de femmes pratiquant la religion musulmane. Pour conséquence, certaines se sont cloîtrées à leurs domiciles par peur d’être de nouveau agressées.

Un groupe de femmes se réunit tous les mercredis soirs au Maquis pour témoigner, réfléchir, partager des réflexions, des pensées.

JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 962.6 ko

Leur motivation était de faire quelque chose individuellement ou collectivement sans savoir comment s’y prendre. Un groupe de parole a pu ainsi être constitué rassemblant des personnes souhaitant parler de ces sujets. Une vingtaine de femmes venant de plusieurs quartiers de Brest, musulmanes ou non, ont répondu présentes.

JPEG - 893.5 ko
JPEG - 831.6 ko

En janvier 2016, les membres du groupe ont évoqué leur envie de faire évoluer cette proposition. L’idée d’écrire et de mettre en scène un spectacle a émergé ainsi que d’accueillir de nouvelles personnes intéressées par ces sujets. Le groupe ayant la volonté de créer des conditions de transmission et d’échanges a décidé de s’ouvrir à des personnes qui ne sont pas issues de l’immigration et n’ayant pas de pratique religieuse. Plusieurs personnes ont répondu à cette invitation dont certaines voulant témoigner de leurs confrontations à des idées xénophobes, de refus ou de peur d’autres cultures.

L’idée de changer les regards et les stéréotypes est au centre de ce groupe même si, pour certaines personnes, prendre la parole en public n’est pas habituel et représente une épreuve. Le constat partagé de l’accentuation des discours discriminants et xénophobes laisse apparaître l’urgence d’intervenir et créer des situations d’échanges et de transmission.

De plus, pouvoir affirmer son existence en construisant une parole publique fait partie des enjeux fondamentaux de cette démarche. Cette place possiblement à prendre a d’ailleurs pu créer une émotion positive chez certains membres du groupe.

Nous pouvons également constater qu’au sein du groupe, les représentations changent et les pensées parviennent à comprendre la complexité des situations individuelles et collectives. Par exemple, chacun-e peut se rendre compte qu’il y a plusieurs façons de vivre la religion.
Changer son propre regard donc et changer les regards des autres demeure l’objectif principal des participantes.

JPEG - 1 Mo

Un travail d’enquête sera mené entre septembre 2016 à juin 2017. En parallèle, le travail d’élaboration collective se poursuivra.
Un travail d’écriture sera effectué par deux auteur-e-s en concertation avec l’ensemble du groupe. En parallèle, une formation d’acteur sera proposée au groupe dans la perspective de la mise en scène qui sera réalisée de septembre 2017 à mai 2018.

JPEG - 771.6 ko
JPEG - 1 Mo