Actualites

Un deuxième Ressorts pour moi, j’avais...

16 juin 2023

Un deuxième Ressorts pour moi, j’avais tellement aimé le premier, le premier groupe, la découverte que j’ai eu peur de ne pas savoir renouveler mon désir. Peur aussi de ne pas savoir me renouveler dans l’écriture. De ne pas être à votre hauteur.
Mais une chose est certaine c’est que j’ai appris à aimer votre groupe. J’ai été parfois déstabilisée, trop touchée sans doute, percutée mais finalement, c’est ce que cherche. Je ne peux pas écrire ou pas comme je le souhaite quand ce n’est pas là. J’ai eu la sensation peut-être non réciproque mais c’est la mienne de véritables rencontres, de plongées dans des univers, des sensibilités, des histoires de vie incroyables.
J’ai pris des claques et j’ai appris énormément. Ce matin encore. Comment est-ce possible qu’on vous réduise encore parfois à un mot, à une ou quelques catégories sociales vous qui parfois avez eu 1001 vies ? Avez traversé plusieurs statuts, plusieurs classes sociales, plusieurs frontières, vous qui avez parfois côtoyé la mort et avez l’élégance de ceux qui en reviennent. Alors oui c’est un plaisir et un honneur d’écrire pour vous. De mêler mes mots aux vôtres d’une incroyable poésie.
Maïna Madec

« J’ai touché l’extraball juste avant de faire tilt
On se réfugiera dans la caverne en attendant que passent les ptérodactyles
J’ai liquidé mon stock d’endorphines
Mes périodes gris-noir
Je suis une amazone
La bouffe anesthésie le cerveau
Je suis très amoureuse de Keanu Reeves
Ma vie est en suspens
La solitude ça rend fou
Dans mon cœur, c’est Damas
Je serai le médecin du temps
Faire corps ensemble, avancer ensemble
Dans le bus de nuit, il y a toutes les personnes que l’on ne voit jamais pour que nous on vive dans la lumière
C’est dans les entre-deux que se créent les avancées
Le monstre c’est pas les gens, c’est les constructions sociétales
Je suis proche des autres par l’émotion
J’en fait quoi moi de ma grosse joie ?
Je suis le lapin devant les feux
L’intensité me permet d’avoir accès à moi
J’étais catholique puis communiste. J’ai viré socialiste et maintenant j’ai viré au Maquis, un peu étonnant
Je suis fou de Che Guevara, j’ai plein de posters. Quand on aime, on aime.
Je suis profondément idéaliste, les idées, c’est ce qu’il y a de plus beau pour moi.
Je serai incapable d’être président, pourtant j’ai de bonnes idées
Les meilleurs moments : quand je suis sur le char ou à côté du char
Je voudrais organiser un karaoké géant, c’est ma nouvelle passion
J’ai déserté, ils nous préparaient à la guerre
J’ai pris cher j’avoue au niveau émotions, j’ai eu mon pegamen
Affronter ses peurs, affronter les monstres
La réalité elle peut bien nous faire chier
J’ai encore beaucoup de choses à apprendre, à comprendre, à transmettre.
J’ai pas grandi normalement, comme les autres, j’étais différent
J’ai eu du mal à grandir, je commence
Pour être libre, faut se bouger le cul
C’était plutôt Black Bloc si j’avais dû continuer
Ce qu’on essaye de fuir, tous, c’est la routine
On ne peut pas se révolter si on ne souffre pas
Comment on peut nous écouter ?
 »