Festival OBLIQUES

Des gestes artistiques, des agoras et une cantine festive Du 28 octobre au 6 novembre 2016. À Brest

Pour la deuxième édition de ce festival, une quinzaine d’équipes artistiques feront des propositions artistiques expérimentales, participatives et politiques. Des œuvres scéniques, des spectacles en déambulation, des créations in situ seront programmés au Maquis et parsemés dans toute la ville. Ce festival est un espace dédié aux prises de risque, aux (...)

>>>>

« Je sais où sont rangées mes affaires chez moi. Les tasses au-dessus de l’évier, les produits ménagers en-dessous, les couverts dans le tiroir du haut, à droite de ma gazinière. Je pourrais tout détailler. Jusqu’au jour où quelqu’un débarque dans ma vie, quelqu’un en qui j’ai suffisamment confiance pour lui confier les clefs de mon nid. Et très vite, les choses sont déplacées, les tasses parmi les verres, le tire-bouchon dans le pot en terre et plus avec l’ouvre-boîte. (...)

>>>>

Calendrier

  • vendredi 7 octobre à 19h00 Pas sans moi. à Locmaria Plouzané
  • dimanche 9 octobre à 15h00 Pas sans moi. à Lesneven
  • mercredi 12 octobre à 16h30 INONDATIONS.gif à l’Université Paris-Saclay en octobre

> Toutes les dates

PRENEZ LE MAQUIS ! Appel à création artistique Vous êtes un artiste ou une structure artistique, et vous souhaitez investir un lieu pour une ou plusieurs créations ? Un artiste qui aime le partage, la convivialité, la réflexion et l’action collective ? Un artiste qui aura à cœur de rencontrer les voisins du Maquis, habitants du quartier et de la ville pendant son aventure maquisarde ? Vous êtes de Brest, du Finistère ou d’ailleurs ? Alors bienvenue (...)

>>>>

On préfère fermer Calais. On préfère fermer "la jungle". On a déjà fermé des bidonvilles. On a déjà expulsé des migrants. Des étrangers. Par le passé. On en a eu des tas. Des "Faces de citron", des "Bougnouls", des "Espingouins", des "Ritals"… On sait trouver des noms méprisants. On sait trouver le vocabulaire dans ces cas-là. Pour stigmatiser. Ça évite de regarder la réalité en face. La réalité de la guerre. La réalité des conflits. La réalité des peuples déplacés, (...)

>>>>

J’assiste à une extinction massive d’espèces et je reste là, bras ballants. Je sais que le diesel est cancérigène, mais je prends ma bagnole tous les jours. Je vois des algues vertes bouffer le littoral, mais je continue à acheter du jambon en barquette. Je me sens englué... prisonnier de mes contradictions. Tout cela me dépasse et m’attriste... je ne peux pas faire attention à tout ! Je trie déjà mes déchets, j’achète bio ou local, j’ai un poêle à bois, j’emmène mes (...)

>>>>