Le Grain affirme une démarche artistique et politique qui se déploie au long cours et qui propose des formes d’écritures scéniques hybrides et expérimentales.

Les artistes qui s’engagent dans ces travaux de recherche s’inspirent du Monde et de sa réalité tangible pour en restituer un point de vue sensible et tendant vers un propos universel.

Il ne s’agit pas de refléter ce qu’on voit et de faire du théâtre un simple miroir mais de chercher par des procédés d’agencement, de (...)

>>>>

On est là

ON EST LÀ. Pourquoi tant ce besoin de le dire ? Qui a oublié ? ON EST LÀ. ON EST LÀ. Ah ça ira ! Nous aurons la mer à deux pas de l’étoile les jours de grand vent. Ah ! ça ira, ça ira, ça ira. Découvrons-nous des milliers ! Pourquoi tant ce besoin de le dire ? Avant-hier, hier, ce jour sans cesse répète. Réjouissons-nous, le bon temps viendra ! Nous aurons l’hiver avec une cigale dans ses cheveux blancs. ON EST LÀ. Qui ne s’en préoccupe pas ? Les amoureux du soleil au cœur. (...)

>>>>

Nu

Au début il y a un questionnement, peut-être une intuition, et on vérifie, sur le terrain.

Au début il y a un questionnement, peut-être une intuition, et on vérifie, au plateau.

On prend un bateau, une méthodologie, un microscope, un océanographe. On prend des textes, des comédien·ne·s, une maison, une cafetière, et on creuse, assez vite pour que ça ne s’effondre pas avant d’avoir pu apercevoir l’autre côté. Il y a le petit, et le microscopique, et l’échelle de la plage, (...)

>>>>

Traverser

J’ai décidé de traverser chaque mur de la ville pour trouver ma trajectoire, ma ligne droite. De maison en immeuble, de la cuisine à la salle de classe, je me glisse dans le sujet. Je rencontre une femme, seule dans sa chambre qui regarde la photo d’un enfant. Elle semble joyeuse. Elle semble triste. Elle parle toute seule dans sa tête bleue. J’ouvre les portes qui entravent mon chemin. Je traverse. Je sonne. Un homme m’ouvre et me regarde. Il me parle d’électricité, (...)

>>>>

Corps et prise de risque

Période de pandémie oblige, nous avons fait l’expérience d’une distanciation physique tout en maintenant, par des moyens numériques et de télécommunication, nos liens intimes, amicaux, familiaux, professionnels... Paradoxe de ces séparations, l’action de celles et ceux qui s’engageaient physiquement tout en prenant le risque de la contamination a permis de sauver des vies et de maintenir une certaine intégrité du corps social. À des degrés différents, engager son corps (...)

>>>>

Il n'est plus l'heure

Il n’est plus l’heure pour l’insipide, les courbettes, les consensus polis. Il n’est plus l’heure pour le romantisme du temps libre et pour le narcissisme. Il nous faut écouter, mettre en puissance le râle d’un monde qui tente de s’extraire du maintien d’une paix travestie et intéressée. Le temps se ralentit mais les pensées s’accélèrent pour celles et ceux qui sont assigné.e.s à résidence. La colère monte et devient à son tour désir profond de révolte. « L’arc se tord, le bois (...)

>>>>