BAISSE LES YEUX ! sera présenté au printemps dans plusieurs salles du Finistère. A l’origine de cette création, le désir d’Alain Maillard de creuser la question du harcèlement, de recueillir la parole d’adolescents sur ce sujet souvent tu, caché, nié, minimisé.

BAISSE LES YEUX ! est une histoire de solitudes, intimes ou publiques, qui décrivent et revivent les états intérieurs liés à cette question complexe. Tournée en Finistère du 7 mars au 5 avril (...)

>>>>

J’ai un nuage dans la bouche. Je fais une sieste sur un volcan. Je vole sur du tofu soyeux au-dessus de l’océan. Un immense oiseau-raie affleure la surface. Pas pour me saluer. Pour gagner le territoire des pies-manta. Je crache le nuage et m’assèche aussi sec. Des flocons déshydratés de Morgane dans la flaque aux phoques. Qui se marrent. L’un me dessine qu’il ne connaissait que la Morgane lyophilisée, goût universalisé lissé, vectorisé et délivré grâce aux nouvelles (...)

>>>>

Calendrier

  • mardi 7 mars à 14h00 Baisse les Yeux !
  • mardi 7 mars à 16h30 KLASH
  • mercredi 8 mars Baisse les Yeux !

> Toutes les dates

J'ai pas le temps j'ai piscine

« J’ai pas le temps j’ai piscine. J’ai pas le temps. J’ai pas le temps de m’occuper d’Alep, du climat, de la dictature en Turquie. Pas le temps. Merde de merde. J’ai pas le temps de crier aux riches, ceux qui dominent, de leur hurler aux bouzards « putain mais partagez donc vos milliards bordel de nom d’un chien ». J’ai pas le temps d’aller leur gueuler que l’égalité des chances c’est de la foutaise. Que la loi du marché c’est ça qui est barbare. Et qu’ils crachent. Qu’ils (...)

>>>>

ÉTRANGES ÉTRANGERS

Ce groupe, auquel se sont joints des maquisard-e-s, se réunit les jeudis au Maquis. Il se nomme « Identités dévoilées ».

Étranges étrangers, c’est aussi le nom que nous avons donné à une agora lors du festival OBLIQUES. Cette causerie publique était dédiée à la question de l’accueil des personnes arrivées récemment en France et ayant fui leur pays. Nous étions nombreux ce jour-là, à réfléchir, ensemble, à nos responsabilités et à ce que nous pouvons faire et comment.

Du 23 (...)

>>>>

« Je sais où sont rangées mes affaires chez moi. Les tasses au-dessus de l’évier, les produits ménagers en-dessous, les couverts dans le tiroir du haut, à droite de ma gazinière. Je pourrais tout détailler. Jusqu’au jour où quelqu’un débarque dans ma vie, quelqu’un en qui j’ai suffisamment confiance pour lui confier les clefs de mon nid. Et très vite, les choses sont déplacées, les tasses parmi les verres, le tire-bouchon dans le pot en terre et plus avec l’ouvre-boîte. (...)

>>>>