Le théâtre du Grain affirme une démarche artistique et politique qui se déploie au long cours et qui propose des formes d’écritures scéniques hybrides et expérimentales.

Les artistes qui s’engagent dans ces travaux de recherche s’inspirent du Monde et de sa réalité tangible pour en restituer un point de vue sensible et tendant vers un propos universel.

Il ne s’agit pas de refléter ce qu’on voit et de faire du théâtre un simple miroir mais de chercher par des procédés (...)

>>>>

Ils/elles s’avancent avec fébrilité sur la scène et portent un regard, un geste, une parole ; se bagarrent avec eux/elles-mêmes pour ne pas flancher, s’écrouler, perdre pied ; disent les mots qui remontent à la surface - il y a tant de choses à nommer et à faire émerger. Sur notre scène de théâtre, se dressent des vivantes et des vivants. Ils/elles racontent ce qu’ils/elles vivent. Ils/elles s’adressent à leurs semblables avec fragilité, loin des impostures et des faux (...)

>>>>

Calendrier

  • jeudi 25 avril à 20h30 DÉFI ÉLOQUENCE #2 au Quartz à Brest
  • vendredi 26 avril à 20h00 DÉFI ÉLOQUENCE #2 à l’UBO à Brest
  • samedi 27 avril à 19h30 DÉFI ÉLOQUENCE #2 au Maquis à Brest

> Toutes les dates

Pourquoi travailler entre scientifiques, artistes, citoyen.ne.s ?

Pour affronter nos sentiments d’impuissance. Pour ne pas renoncer. Pour comprendre différentes réalités et complexités humaines. Pour établir des connexions entre chercheurs, artistes et communautés. Pour déplacer certaines inerties. Pour faire notre part du travail.

De la géologie à la physique quantique en passant par l’Histoire, les humains disposent d’un tel savoir sur le Monde, qu’ils pourraient en (...)

>>>>

À quoi sert le théâtre ? Voici une question que l’on s’est posée des milliers de fois, artistes, administrateurs/trices, chargé.e.s de production, de diffusion, de communication... Et pourquoi je fais ça ? Pourquoi je continue ? Cela va faire bientôt quinze ans que nous engageons une partie de nos vies et de notre temps au service d’une recherche et d’un collectif artistiques. Malgré les incertitudes et les limites économiques, liées en partie à des choix politiques (...)

>>>>

Les modifications de certains courants océaniques, les changements de température, l’augmentation du pH, la colonisation par les micro plastiques, les dérèglements biologiques. Nous savons tous intimement que, collectivement, nous produisons des conséquences fâcheuses. D’ici, sur le Marion Dufresne au large de Taïwan, alors que des équipes scientifiques contribuent à la connaissance de ces conséquences souvent d’origines anthropiques, je ressens un double sentiment. (...)

>>>>