Metteur en scène, auteur et comédien, il interroge les dimensions politiques et poétiques du désir. Pour cela il développe, notamment, une recherche autour des écritures scéniques du réel et des écritures partagées.

Directeur artistique de nombreux travaux du Grain, compagnie à Brest, il est attaché à l’émergence de la parole individuelle et collective, permettant à celles et ceux qui la formulent d’accéder à une réflexion émancipatrice. Pour cela, il s’inspire de rencontres individuels ou collectifs et de confidences qui sont la matière première de son travail d’écriture et de mise en scène.

Il a ainsi créé plusieurs spectacles à partir de témoignages et de récits de vie : Politique Qualité (2007), Appetitus (2009), Réservoir Jungles (2011/2013), (IN)CAPABLE ? (2010-2012), quatre éditions de Ressorts (Textes de Lionel Jaffrès, Morgane Le Rest et Lisa Lacombe - 2015/2019), Les belles histoires (2018), Identités dévoilées (Texte de Marine Bachelot Nguyen - 2019).

Il est à l’origine d’Obliques, festival des écritures scéniques du réel et en a été le directeur artistique des deux premières éditions (2013 et 2016).

Il poursuit cette démarche de partage et d’échanges avec des "témoins" en s’associant avec des équipes de scientifiques qui partagent les mêmes inquiétudes. Il participe ainsi au groupe d’action art, science et politique Inflexion et travaille avec le laboratoire CEARC et Marine Sciences For Society avec qui il écrit et met en scène le spectacle Inondations.gif.
Entre 2016 et 2018, il est immergé dans trois campagnes océanographiques ; Acclimate dans l’océan austral, Rockall-Mingulay en Atlantique nord et HydroSed à Taïwan. Il participe également au workshop PaleoENSO à Belitung en Indonésie.
En mai 2016, il coordonne le festival Anthoposcène dans le cadre du projet international ARTisticc.

Actuellement, il travaille sur un programme de recherche et de création nommé Mesurer la taille du Monde et sur l’écriture d’un spectacle s’inspirant de ses expériences artistiques et scientifiques des dix dernières années et écrit par trois auteurs : Alexis Fichet, Eva Bondon et Odile Vansteenwinckel.

Il prépare également la mise en scène de Sainte Jeanne des Abattoirs de Bertolt Brecht (création produite par Le Maquis à Brest).

En 2015, il signe la mise en scène de L’étourdissement (2013-2015) écrit par Alain Maillard d’après le roman de Joël Egloff et est coordinateur artistique de TraversCité.

En 1994, il crée la compagnie Les Filles de la Pluie qu’il dirige pendant une quinzaine d’années avant de laisser la place de metteur en scène à Jean-Manuel Warnet en 2007. La pièce de Brecht, La Mère, d’après le roman de Gorki, qu’il met en scène, est déterminante dans son parcours, ainsi que la rencontre avec les Piqueteros (collectif théâtral militant) qu’il accompagne pour plusieurs de leurs créations.

Puis c’est à l’école Internationale de théâtre Jacques Lecoq qu’il décide de se former tout en suivant l’enseignement d’artistes comme Yoshi Oïda, Nasrin Pourhosseini ou Charlie Windelschmidt.

En 2007, il s’associe au théâtre du Grain qui soutient sa démarche artistique. Il est à l’origine du collectif Le Maquis, lieu de création et zone de partage artistique et politique à Brest.

Lionel Jaffrès alterne entre des écritures expérimentales et le répertoire. Il a mis en scène Yerma de Federico Garcia Lorca et a travaillé autour de Richard III de Shakespeare avec le chantier d’expérimentation artistique du théâtre du Grain.

En tant que comédien, il a joué au sein de la compagnie Dérézo dans L’amour et la violence de Laurent Quinton mis en scène par Charlie Windelschmidt et a rencontré les univers d’autres metteurs en scène : Thomas Cloarec, Cathy Tréguier, Gisel Sparza, Janfi Demolder, Loig Pujol, Mychel Chénier...